Winter – Marissa Meyer

~ Résumé ~

La Princesse Winter est admirée par le peuple lunaire pour sa grâce et sa gentillesse. Malgré les cicatrices qui marquent son visage, on dit que sa beauté dépasse de loin celle de sa belle-mère, la Reine Levana.

Winter déteste Levana et sait que cette dernière n’approuverait pas ses sentiments pour son ami d’enfance, le séduisant garde Jacin. Mais la jeune fille n’est pas aussi faible que le croit la reine et cela fait des années qu’elle a entrepris de contrecarrer les plans de sa belle-mère. Avec Cinder et leurs alliés, Winter pourrait même avoir le pouvoir de commencer une révolution et gagner une guerre qui sévit depuis trop longtemps.

Est-ce que Cinder, Scarlet, Cress et Winter seront à la hauteur pour battre Levana et enfin trouver la paix qu’elles méritent?

~ Mon avis ~

Attention Spoiler !

Cela fait presque un an que j’ai lu le troisième tome de la saga des Chroniques Lunaires. Et vous le savez, j’adore cette saga puisqu’elle reprend les princesses Disney dans un monde science fiction de cyborg. Ce dernier tome me faisait peur puisque je n’ai jamais lu de roman aussi gros. Rappelons le il fait presque 1000 pages. Et je pensais que ça me prendrais plus de temps, mais en une semaine au boulot, je l’avais terminé. Heureusement que ce n’était pas une période chargée. 
Dans ce dernier tome nous sommes directement dans le bain. On retrouve d’un côté Levana revenue sur la Lune qui juge la garde Jacin pour trahison à la court. Rappelons le, lors de la libération de Cress de son satellite, il s’agissait du garde du thaumaturge Mira. Il s’est vite retrouvé à suivre Cinder dans ses aventures et dans son plan de basculement du pouvoir. De l’autre côté, nous trouvons toute l’équipe quelques temps après l’enlèvement de l’empereur Kai. J’avais tellement envie de me replonger dans cette saga tout en appréhendant de devoir quitter nos personnages. Malgré la brique, lecture est toujours aussi fluide et les pages s’enchaînent toutes seules. Néanmoins, j’aime bien connaitre l’avancement sur le site de livraddict. Et je vous avoue avoir un peu été découragée en voyant le pourcentage évolué très lentement mais je m’y attendais. 
On connait une nouvelle princesse dans ce tome qui est Winter. Il ne s’agit pas du cliché de la belle princesse niaise. Elle est remplie de traumatismes et de visions de sang. On apprend réellement qu’elle devient folle car elle n’a utilisé ses pouvoirs lunaires qu’une seule et unique fois. C’est celle que j’ai le moins aimée. Elle a une utilité assez limitée dans le roman et on la considéré un peu plus comme un boulet qu’autre chose. Après elle est très touchante.

Dans ce dernier tome, nous découvrons réellement la Lune et j’ai adoré l’univers peint par Marissa Meyer. Je ne l’imaginais pas aussi dark et en fait je ne suis pas déçue une seule fois. Cela révèle parfaitement la tyrannie instaurée par la reine Levana. On la voit dans son palais et on réalise vraiment le pouvoir qu’elle instaure chez elle. En effet, nous l’avons uniquement vu sur Terre pour le moment et c’est un régal de la voir sur la Lune. 
Concernant l’intrigue, elle est à son maximum. Il n’y a que très peu de temps morts où on s’ennuie. A chaque page on a une action qui amène à une autre. Notre coeur fait les montagnes russes. Après je pense que l’auteure aurait pu réduire un peu le suspense en enlevant un peu. Mais ce n’est pas très dérangeant au final. J’ai été un poil déçue sur la bataille finale entre Levana et Sélène mais c’est pas si pire. J’ai été parfois un peu perdue puisqu’on change toujours de point de vue et la magie lunaire nous perd également.
C’est une très bonne saga que j’ai adoré. Même si ce dernier tome est celui que j’ai aimé le moins, il est magique et je suis très triste d’avoir dit au revoir aux personnages. 

Parution : 21 Avril 2016
Editions : PKJ
Nombre de pages : 983
Prix : 23 €

Avez vous lu ce dernier tome ?
La bise !

Au bout de mes rêves – Marie Meyer

~ Résumé ~

Oser aimer de nouveau quand on a été malmené par la vie, faire confiance quand on a déjà été trahi. Le doute, les peurs bien ancrées, les incertitudes de l’avenir… Et puis une plage, des enfants, un chien, un homme solitaire et fascinant.Il y a quelques années, Samantha et Benjamin ne se seraient pas regardés, aujourd’hui, la vie leur fait le cadeau de se rencontrer.Faire le pari de l’amour, de tout changer, de tout reconstruire. Oser une renaissance pleine de rires, d’espoir, d’émotions.

~ Mon avis ~

Ce roman je vous en est tellement parlé dans mes « C’est lundi que lisez vous? » que vous devez en avoir marre. Je l’ai enfin lu et je peux vous dire qu’il a été englouti en 24h. C’est une romance toute douce qui se fait sous nos yeux.
On retrouve Samantha, mère de deux adolescents, Emma 16 ans et Théo 13 ans, et veuve. Elle s’en sort grâce à son travail à mi temps. Mais voilà son entreprise est en liquidation judiciaire et elle doit rapidement se trouver un travail. Un weekend, son garçon lui demande de faire un tour dans un refuge de chiens et celle ci accepte immédiatement. Arrivée là bas en avance, elle va faire la connaissance de Benjamin, le propriétaire du refuge qui va lui offrir une grande opportunité de travail. Mais est ce la seule chose qu’elle va gagner ? Je n’en suis pas si sûre.
J’ai eu un gros coup de cœur pour la maison d’édition Déliées avec Quand le vent caresse mes cheveux. Ils nous offrent des romances feel good qui nous font du bien. Et celui ci n’en fait pas exception. C’est un roman qui n’est pas prise de tête et qui nous apaise. Lorsqu’on évolue avec les personnages, on remet beaucoup de choses en question sur notre vie entre autre et je pense que c’est nécessaire. J’ai beaucoup aimé ce roman même si ce n’est pas un coup de cœur. L’auteure a bien travaillé ses personnages.
J’ai adoré Samantha qui se bat pour ses enfants depuis le décès de son mari. Elle les fait passer avant tout sans même râler ou se plaindre. Au fur et à mesure, nous apprenons son passé douloureux et nous sommes heureux de suivre sa reconstruction. Son récit m’a bouleversé. J’ai essayé de me mettre à sa place et de m’imaginer comment je pourrais réussir à vivre. L’amour de ses enfants est magnifique et on sent la complicité de cette petite famille. Les deux enfants sont géniaux. Ils reflètent parfaitement leurs âges et sont une bouffé d’air frais et beaucoup d’humour. Pour ce qui est de Benjamin, je l’ai bien aimé. On sent qu’il aime ce qu’il fait et qu’il a beaucoup d’amour à donner. Par contre je vous avoue avoir été mal à l’aise par moment en voyant ses actions. Et pour moi c’est le seul point négatif de ce roman. Il pourrait être à craquer et très attachant, mais ça ne l’a pas fait avec moi. 
Je le recommandé néanmoins puisque c’est une histoire qui nous fait du bien et qui nous met un bon coup. Et c’est ce dont j’avais besoin après la brique Harry Quebert. Je sais que je vais me procurer d’autres romans de la maison d’éditions puisque pour l’instant j’adore.

Parution : 24 mai 2018
Editions : Déliées
Nombre de pages : 336
Prix : 15 €

Avez vous lu ce roman feel good ?
La bise !

Amertume – Sarina Bowen

~ Résumé ~

 » Le goût amer des désillusions devient la saveur sucrée de l’espoir… »
Griffin Shipley, propulsé à seulement 27 ans, chef de famille, (chargé de sa mère, de ses trois frères et soeurs et d’un grand père gâteux), se retrouve à la tête de la ferme familiale dont il hérite. Il s’attendait à tout sauf à tomber sur celle avec laquelle il avait partagé quelques soirées torrides à l’université. Audrey quant à elle, n’avait pas la moindre envie d’atterrir dans ce coin perdu du Vermont.
Pourtant ces deux- là vont se retrouver par hasard sur le domaine familial de Griffin. Audrey missionnée par la grosse entreprise qui l’emploie, une chaine de restaurant, doit passer plusieurs jours dans la région. Elle séduit toute la famille du jeune agriculteur par sa bonne humeur et ses talents de cuisinière. Mais cinq ans après leur histoire ils ont beaucoup changé. La vie, les épreuves les ont fait évoluer. Trouveront ils à nouveau un terrain d’entente ?

 ~ Mon avis ~

Il faut bien le dire, ce roman fait parler de lui. Ce qui m’a vraiment donné envie, c’est bien sûr la couverture. En même temps comment résister quand on voit des abdos comme ça. Bref je m’égare. Non je ne suis pas que superficielle. Le thème principal, le monde agricole, me tentait beaucoup. Et quand j’ai dû choisir parmi une romance dans ma PAL, je me suis jetée dessus. 
Je n’avais jamais lu de roman de Sarina Bowen donc je voulais vraiment découvrir sa plume et sa créativité. Depuis j’ai entendu pas mal d’avis mitigés sur ses premiers romans. Mais je dois vous dire que dès les premières pages, je me suis mise dans le roman. Elle a réussi à capter mon attention très rapidement. Et ça ce n’est pas toujours évident. J’ai complètement voyager dans le Vermont au sein de la ferme Shipley avec la bonne cuisine de la maman mais aussi d’Audrey. Autant vous dire que j’ai eu l’eau à la bouche du début à la fin. 
Nous apprenons rapidement que Griffin et Audrey se connaissent de l’université et on entretenu une mini relation. On se doute donc que le travail des deux jeunes vont être quelque peu bousculés à leurs retrouvailles. Malgré cinq ans de séparations et des vies changées, ces deux là ne vont pas tarder à retrouver la complicité de leur jeunesse et leur attirance. 
Audrey et Griffin sont assez différents. Nous avons la fille de la ville qui s’est détachée d’une mère trop exigeante et oppressante, et de l’autre côté un jeune homme qui a repris la ferme familiale au milieu de nul part et qui vit avec toute sa famille. Et quelle famille? On a tout simplement envie qu’elle nous adopte. On sent un véritable amour entre eux et une entraide à couper le souffle. Lors de la lecture on a vraiment l’impression de vivre dans cette famille sans être de trop. Et je comprend parfaitement le sentiment d’Audrey lorsqu’elle arrive. Elle qui est toute seule depuis quelques années. Tous les personnages sont simples et naturels. Ce n’est pas too much à l’américaine. On n’essaye pas de nous en mettre plein la vue et ça j’ai adoré. La romance est très bien, nous n’avons pas l’impression d’être trop voyeurs mais pas non plus laisser de côté.

Forcément, le récit n’est pas tout rose, sinon on s’ennuierais. Il y a pas mal de péripéties et on veut absolument savoir comment les personnages vont faire pour s’en remettre. Ce que j’ai bien aimé, c’est de passer d’un point de vue à un autre. Nous sommes toujours balancer entre la vision d’Audrey et celle de Griffin. Alors parfois ça peut embrouiller la tête en se disant « c’est qui déjà qui parle », mais je trouve ça très intéressant pour avoir également le point de vue masculin. C’est vrai qu’on le voit de plus en plus en romance mais pas assez à mon gout.
C’est une lecture très fluide et addictive donc très rapide. J’ai hâte de découvrir les deux autres tomes qui traitent d’autres personnages que j’ai adoré dans ce tome ci. J’adore pouvoir voir comment ils vont évoluer.

Parution : 6 septembre 2018
Editions : Hugo roman
Nombre de pages : 394
Prix : 17 €

Avez vous fait un tour dans le Vermont avec Griffin ?
La bise !

Shades of Magic – VE Schwab

~ Résumé ~

Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !

~ Mon avis ~

Allez on retourne un peu en fantasy. Ce roman ne me disait absolument rien à sa sortie. Pourtant on le voyait partout. Et puis j’ai commencé à voir les avis des uns et des autres et je me suis dit « je serais bête de ne pas tenter ». Je l’ai donc commencé avec un peu d’appréhension.
On entre donc dans un monde fait de 4 Londres différents : rouge, noir, gris et blanc. Les seules personnes capables de passer d’un univers à un autre sont les Antaris et il n’en existe plus que deux. Chaque Londres a sa spécificité et son danger. Kell, notre magicien va se retrouver en possession d’un objet maléfique du Londres noir qu’il doit absolument renvoyer. Il fera la connaissance de Lila qui est une voleuse hors pair. Elle veut voir le monde et décide donc de le suivre dans sa quête.
J’ai beaucoup aimé les personnages. Kell a été adopté par la famille royale du Londres rouge étant tout petit. Il est très reconnaissant avec sa famille d’adoption mais a tout de même l’impression d’être de trop. On sent son mal au long de la lecture par ses faits et sa façon de penser. Il est très loin du héro de base. Il aime être seul et ne veut absolument pas être sous les projecteurs. Au premier abord, on a l’impression qu’il est assez froid et n’aime personne. Il va se dévoiler petit à petit et montrer son véritable fond et son véritable cœur. 
Lila quant à elle est la badass par excellence. Elle n’a aucune famille et passe son temps à voler pour vivre mais pour le plaisir aussi. Elle vit dans le Londres gris et ne veut qu’une chose : voir le monde et s’évader de sa vie toute triste. On sent qu’elle est une tête brûlée qui sait ce qu’elle veut. Et quand elle veut, elle l’obtient, par tous les moyens qu’elle peut. D’ailleurs on voit très nettement la différence avant et pendant sa collaboration avec l’Antari. D’ailleurs ils font juste un duo de choc. A la fois très complémentaire mais très différents aussi. Kell va l’aider à se calmer un peu et Lila va le dévergondé.
L’univers est on ne peut plus fantastique. Vous le savez sûrement, j’aime beaucoup la ville de Londres. Et le fait de la voir sous différente couleur est génial. On reste donc dans le même univers mais avec un fonctionnement de monde parallèle. Les quatre couleurs apportent leurs pierres à l’édifice. Elles sont si différentes. Et puis au fil de l’histoire on en apprend plus sur toutes les spécificités. On a envie de comprendre leurs différences et leurs soifs de pouvoir. La magie est très présente dans cet univers mais ce n’est pas too much.

Je dois vous avouer que j’ai eu du mal à rentrer dedans. Je pense que c’est surtout parce que j’en attendais énormément. Je pense que l’univers et le personnage de Kell sont dur à cerner. En tout cas j’ai eu un temps d’adaptation. Après je sais qu’il faut un moment pour mettre en place un décor si complexe. Mais une fois que l’intrigue était là, j’ai beaucoup aimé. Ce n’est tout de même pas un coup de coeur mais j’ai passé un très bon moment et j’ai très envie de continuer la trilogie. Mention spéciale d’ailleurs pour se livre et se design si génial. C’est une oeuvre d’art à lui tout seul.

Parution : 8 juin 2017
Editions : Lumen
Nombre de pages : 505 pages
Prix : 15 €

Avez vous été transporté par les quatre Londres ?
La bise !

Un palais de colère et de brume – Sarah J MAAS

~ Résumé ~

Feyre a survécu aux défis d’Amarantha. Elle est devenue une Fae, créature immortelle, et a hérité de pouvoirs qu’elle ne maîtrise pas.Mais son cœur est resté celui d’une humaine, et elle ne peut effacer ce qu’elle a dû commettre pour sauver Tamlin et la Cour du Printemps…Elle ne peut non plus oublier qu’elle a conclu un marché avec Rhysand, le redoutable Grand Seigneur de la Cour de la Nuit. Une semaine par mois, elle doit séjourner à ses côtés, dans son palais. Et si elle est d’abord réticente, elle va découvrir qu’il est loin d’être le Fae cruel et manipulateur qu’elle pensait connaître. Et, à ses côtés, elle va apprendre à dompter ses pouvoirs d’immortelle. Et douter de ce qu’elle ressent pour Tamlin…Mais au-delà de la Cour de la Nuit, une menace se profile à l’horizon. Car les desseins du roi d’Hybern pourrait bien ébranler tout le royaume des immortels.

~ Mon avis ~

Je vous ai parlé il y a 3 mois de ma lecture d’un Palais d’épines et de roses que j’avais bien aimé mais pas un coup de cœur. J’ai vite enchaîné le deuxième tome à la recherche justement de la pépite dont tout le monde parle. Encore une fois j’ai beaucoup aimé mais ça n’a pas été un coup de coeur. Je pense en avoir trop entendu parlé. Je suis limite dégoûtée de pas voir ce petit truc en plus que tout le monde ressent avec cette saga.
On retrouve donc Feyre, trois mois après la bataille avec Amarantha. Elle est devenue une Fae et prépare son mariage avec Tamlin dans la Cour du Printemps. Elle a tout pour être heureuse mais ne l’est pas vraiment. Par amour et protection, elle se retrouve enfermée seule au palais par son amour et va tout simplement étouffer. De plus, lors de son passage sous la Montagne, Feyre a signé un pacte avec le Grand Seigneur de la Cour de la Nuit : Rhysand. Celui ci va d’ailleurs vite rappeler à la jeune fille son devoir : venir vivre 1 semaine par mois dans sa cour. Même si au début Feyre et Tamlin font tout pour résister, la jeune Fae va vite se rendre compte où est son enfer et où sa liberté. Feyre va également devoir s’habituer à sa nouvelle condition et ses nouveaux pouvoirs.

Comme dans le premier tome, j’ai beaucoup aimé le personnage de Feyre qui n’est pas la princesse cucu des contes. On sent que c’est une battante et qu’elle veut agir plutôt que de rester attendre.Je la trouve très courageuse. Par contre je ne comprend pas ses sentiments et ses histoires d’amour. Pour moi tout va trop vite sans qu’on comprenne vraiment d’où ça vient. J’avais plutôt l’impression qu’elle était en manque que réellement amoureuse. De plus, je trouve que sa période « noire » est trop rapide. On sait uniquement qu’elle est enfermée et qu’elle fait des cauchemars. J’aurais voulu un peu plus de lignes pour vraiment ressentir ce mal être. De même que l’inverse quand elle arrive chez Rhysand. On ne voit pas assez l’évolution de son bonheur. On a un peu l’impression qu’elle est très lunatique. Un coup ça va et pour un rien ça ne va plus.
J’ai adoré Tamlin dans le premier tome et j’avoue que ça n’a pas été le cas dans ce second tome. Même si on le voit peu, j’ai eu envie de lui tordre le cou. Après je comprends ses agissements vis à vis de Feyre quand on connait la fin du premier tome. Mais trop c’est trop. Etre trop protecteur ne donne rien de bon. J’ai été déçue tout de même de ne pas le voir beaucoup et de ne pas avoir son point de vue lors du départ de Feyre. En effet, nous n’avons donc qu’un seul point de vue et je trouve ça vraiment dommage.
Rhysand quand à lui c’est juste un bijou. Je savais qu’il avait énormément de potentiel mais je ne pensais pas à ce point. Même si au début on peut se demander s’il fait les choses dans son propre intérêt ou non, dans ce tome on en apprend énormément sur lui et son passé. On découvre que tout ce qu’il fait n’est pas sans raison et qu’il a un énorme coeur. Il est prêt à se mettre en péril pour sauver les personnes qu’il aime. On l’aime encore plus. Il va être d’une grande aide pour que Feyre puisse utiliser  et contrôler ses pouvoirs au mieux. Il n’hésite pas à l’inclure dans les sujets qui traitent d’une cour qui ne la verra jamais comme Grande Dame. Elle va se redécouvrir un appui et un repère familial qui lui manquait tant depuis son départ du monde mortel. 
Nous avons toujours autant d’action que dans le premier si ce n’est plus. Malgré la découverte des personnages du premier tome mais également de nouveaux, une nouvelle quête est présente. Ils vont devoir passer un certain nombre d’obstacles et d’actions pour arriver à leur fin et protéger le monde des Immortels du roi d’Hybern. La fin quand à elle m’a totalement chamboulée pour me donner envie de continuer sur cette saga. Je pense que c’est l’un des point fort qui nous rend addict à ça. J’ai d’ailleurs hâte qu’il sorte pour pouvoir finir cette trilogie et connaitre le dénouement.

Parution : 8 Février 2018
Editions : La Martinière jeunesse
Nombre de pages : 720
Prix : 22 €

Avez vous lu ce second tome ?
La bise !

Calendar Girl Juillet – Audrey Carlan

~ Résumé ~

Direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop ultra-populaire. Il l’a choisie pour sa beauté incroyable et parce que sa popularité a une valeur inestimable.  Anton Santiago, ou plutôt Latin Lov-ah de son nom de scène, a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit. Il est joueur, brute, et Mia ne rêve que de s’allonger dans son lit. Il l’attire énormément et elle pense aussi que tomber dans ses bras lui changera les idées. Elle a été engagée pour jouer les séductrices mais, au bout du compte, c’est elle qui est tombée sous le charme du latin lover.

~ Mon avis ~

Alors autant vous dire que je fais appel à une grande mémoire pour cette revue puisqu’il ne m’en reste pas grand chose. Juste des petits flash. Donc la revue ne va pas être bien grande mais je n’avais pas envie de sauter de mois. 
Nous retrouvons donc Mia quelques jours après son attaque du mois précédent. j’étais vraiment curieuse de voir comment l’auteur allait réussir à se sortir de ce dernier tome et quelle fut mon heureuse surprise. On voit une Mia un peu plus faible avec son traumatisme et on n’a pas envie de la frapper. Ce n’est plus madame je sais tout et sans moi vous êtes perdus. Ici on la ressent plutôt comme une fleur fragile qu’on a envie de bichonner.

Le mister de ce mois n’est autre qu’un latin lover qu’on aimerait toutes croquer. Au début, je me suis dit « oh mon dieu, monsieur macho est dans la place » et finalement pas du tout. Il est très professionnel mais aussi très à l’écoute de ce qui l’entoure. Heather, son agent est une petite pépite. On sent qu’elle a envie que tout se passe bien et fait passer le bonheur des autres avant le sien. Je me suis vraiment identifiée à cette jeune femme qui n’ose jamais demander ce qui lui revient de droit. 
Le trio est juste parfait et on sent l’amitié naître ou déjà existant. 
On adore surtout le retour de Wes qui m’avait tant manqué. Mia va faire un gros travail sur elle même pour réfléchir à ce qu’elle veut réellement et ça on dit « ENFIN non d’une pipe ! ». Il s’agit d’un grand tournant dans la saga et on a envie de savoir comment cela va se dérouler. 
Ce n’est pas un coup de coeur mais j’ai beaucoup aimé ce mois qui promet pleins de belles choses.
Mes anciennes chroniques : ici

Publication : 6 Juillet 2017
Editions : Hugo roman
Nombre de pages : 160
Prix : 10 €

Avez vous aimé ce mois ?
La bise !