Shades of Magic – VE Schwab

~ Résumé ~

Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !

~ Mon avis ~

Allez on retourne un peu en fantasy. Ce roman ne me disait absolument rien à sa sortie. Pourtant on le voyait partout. Et puis j’ai commencé à voir les avis des uns et des autres et je me suis dit « je serais bête de ne pas tenter ». Je l’ai donc commencé avec un peu d’appréhension.
On entre donc dans un monde fait de 4 Londres différents : rouge, noir, gris et blanc. Les seules personnes capables de passer d’un univers à un autre sont les Antaris et il n’en existe plus que deux. Chaque Londres a sa spécificité et son danger. Kell, notre magicien va se retrouver en possession d’un objet maléfique du Londres noir qu’il doit absolument renvoyer. Il fera la connaissance de Lila qui est une voleuse hors pair. Elle veut voir le monde et décide donc de le suivre dans sa quête.
J’ai beaucoup aimé les personnages. Kell a été adopté par la famille royale du Londres rouge étant tout petit. Il est très reconnaissant avec sa famille d’adoption mais a tout de même l’impression d’être de trop. On sent son mal au long de la lecture par ses faits et sa façon de penser. Il est très loin du héro de base. Il aime être seul et ne veut absolument pas être sous les projecteurs. Au premier abord, on a l’impression qu’il est assez froid et n’aime personne. Il va se dévoiler petit à petit et montrer son véritable fond et son véritable cœur. 
Lila quant à elle est la badass par excellence. Elle n’a aucune famille et passe son temps à voler pour vivre mais pour le plaisir aussi. Elle vit dans le Londres gris et ne veut qu’une chose : voir le monde et s’évader de sa vie toute triste. On sent qu’elle est une tête brûlée qui sait ce qu’elle veut. Et quand elle veut, elle l’obtient, par tous les moyens qu’elle peut. D’ailleurs on voit très nettement la différence avant et pendant sa collaboration avec l’Antari. D’ailleurs ils font juste un duo de choc. A la fois très complémentaire mais très différents aussi. Kell va l’aider à se calmer un peu et Lila va le dévergondé.
L’univers est on ne peut plus fantastique. Vous le savez sûrement, j’aime beaucoup la ville de Londres. Et le fait de la voir sous différente couleur est génial. On reste donc dans le même univers mais avec un fonctionnement de monde parallèle. Les quatre couleurs apportent leurs pierres à l’édifice. Elles sont si différentes. Et puis au fil de l’histoire on en apprend plus sur toutes les spécificités. On a envie de comprendre leurs différences et leurs soifs de pouvoir. La magie est très présente dans cet univers mais ce n’est pas too much.

Je dois vous avouer que j’ai eu du mal à rentrer dedans. Je pense que c’est surtout parce que j’en attendais énormément. Je pense que l’univers et le personnage de Kell sont dur à cerner. En tout cas j’ai eu un temps d’adaptation. Après je sais qu’il faut un moment pour mettre en place un décor si complexe. Mais une fois que l’intrigue était là, j’ai beaucoup aimé. Ce n’est tout de même pas un coup de coeur mais j’ai passé un très bon moment et j’ai très envie de continuer la trilogie. Mention spéciale d’ailleurs pour se livre et se design si génial. C’est une oeuvre d’art à lui tout seul.

Parution : 8 juin 2017
Editions : Lumen
Nombre de pages : 505 pages
Prix : 15 €

Avez vous été transporté par les quatre Londres ?
La bise !

La première fois que j’ai été deux – Bertrand Julien-Nogarede

~ Résumé ~

Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

~ Mon avis ~

Pour le weekend de la Toussaint nous avions décidé de partir pour Londres. Malheureusement, nous nous y sommes pris trop tard et les prix étaient bien trop élevés. Nous nous rabattons donc sur Deauville. Depuis que j’ai acheté ce roman à Saint Maur en poche, je voulais justement le lire avant mon voyage vers la capitale anglaise. J’avais envie de trouver des endroits à aller et commencer à rêver de mon périple. Je me suis donc lancée début octobre. 
J’avais rencontré l’auteur au look très anglophone et à la gentillesse débordante. J’avais été heureuse de le rencontrer et de lui parler de son roman qui me tentait tant. Il m’a d’ailleurs dédicacé mon ivre et offert deux belles affiches. 
J’ai donc lu ce roman a a belle couverture jaune. On retrouve Karen habitant en France avec sa mère un brin dépressive. Elle même ressent quelques séquelles de sa jeunesse si bien que l’amour ne l’intéresse pas. Elle a beau être en terminale, elle n’a jamais été amoureuse et n’a jamais eu le moindre rencart. Elle traîne toute la journée avec ses deux meilleurs amis. Jusqu’au jour où un jeune anglais au look très atypique arrive dans sa classe en plein milieu d’année. Ils vont vite se rapprocher mais le jeune homme n’aime pas la France et décide de retourner rapidement dans sa ville natale loin de la belle Karen. Une histoire d’amour a distance peut elle résister ?
J’ai beaucoup aimé le caractère de chacun des personnages. Karen est toute douce même si elle se méfie de tout. En même temps avec une mère comme la sienne on peut comprendre. Au début Tom me paraissait très curieux avec ce look et ses goûts particuliers. Mais au fil des pages, je l’ai beaucoup aimé. On sent qu’il a beaucoup de coeur et la tête sur les épaules.

Ce roman est assez jeunesse mais l’écriture a un coté bien unique que j’ai adoré. Je n’ai pas trop aimé comment la romance est arrivée. Pour moi c’est trop précipité. On ne voit pas les sentiments naître. Ça tombe comme ça tout d’un coup. C’est vraiment dommage je trouve. Je n’ai pas compris le soudain grand attachement. L’auteur aborde des sujets très intéressants dans son roman. Tout d’abord la seconde guerre mondiale et les relations qui pouvaient exister entre les allemands et les anglais. C’est une période qui me fascine beaucoup par sa cruauté. J’aime beaucoup regarder des films de cette époque. La fin m’a juste bouleversé même si encore une fois je la trouve un peu trop rapidement conclue. On ne sait réellement comment se fini toute cette histoire. Cela permet d’imaginer la suite qu’on veut mais je vous avoue que je ne suis pas fan.
J’ai quand même passé un très bon moment en compagnie de ce roman mais c’est loin d’être un coup de coeur. L’histoire est tout de même douce et surprenante. J’ai complètement voyagé. Cela m’a d’ailleurs donné envie d’y aller très très rapidement.

Parution : 6 Juin 2018
Edition : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 350
Prix : 14 €

Avez voyagé à Londres grâce à ces deux amoureux ?
La bise !