Shades of Magic – VE Schwab

~ Résumé ~

Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !

~ Mon avis ~

Allez on retourne un peu en fantasy. Ce roman ne me disait absolument rien à sa sortie. Pourtant on le voyait partout. Et puis j’ai commencé à voir les avis des uns et des autres et je me suis dit « je serais bête de ne pas tenter ». Je l’ai donc commencé avec un peu d’appréhension.
On entre donc dans un monde fait de 4 Londres différents : rouge, noir, gris et blanc. Les seules personnes capables de passer d’un univers à un autre sont les Antaris et il n’en existe plus que deux. Chaque Londres a sa spécificité et son danger. Kell, notre magicien va se retrouver en possession d’un objet maléfique du Londres noir qu’il doit absolument renvoyer. Il fera la connaissance de Lila qui est une voleuse hors pair. Elle veut voir le monde et décide donc de le suivre dans sa quête.
J’ai beaucoup aimé les personnages. Kell a été adopté par la famille royale du Londres rouge étant tout petit. Il est très reconnaissant avec sa famille d’adoption mais a tout de même l’impression d’être de trop. On sent son mal au long de la lecture par ses faits et sa façon de penser. Il est très loin du héro de base. Il aime être seul et ne veut absolument pas être sous les projecteurs. Au premier abord, on a l’impression qu’il est assez froid et n’aime personne. Il va se dévoiler petit à petit et montrer son véritable fond et son véritable cœur. 
Lila quant à elle est la badass par excellence. Elle n’a aucune famille et passe son temps à voler pour vivre mais pour le plaisir aussi. Elle vit dans le Londres gris et ne veut qu’une chose : voir le monde et s’évader de sa vie toute triste. On sent qu’elle est une tête brûlée qui sait ce qu’elle veut. Et quand elle veut, elle l’obtient, par tous les moyens qu’elle peut. D’ailleurs on voit très nettement la différence avant et pendant sa collaboration avec l’Antari. D’ailleurs ils font juste un duo de choc. A la fois très complémentaire mais très différents aussi. Kell va l’aider à se calmer un peu et Lila va le dévergondé.
L’univers est on ne peut plus fantastique. Vous le savez sûrement, j’aime beaucoup la ville de Londres. Et le fait de la voir sous différente couleur est génial. On reste donc dans le même univers mais avec un fonctionnement de monde parallèle. Les quatre couleurs apportent leurs pierres à l’édifice. Elles sont si différentes. Et puis au fil de l’histoire on en apprend plus sur toutes les spécificités. On a envie de comprendre leurs différences et leurs soifs de pouvoir. La magie est très présente dans cet univers mais ce n’est pas too much.

Je dois vous avouer que j’ai eu du mal à rentrer dedans. Je pense que c’est surtout parce que j’en attendais énormément. Je pense que l’univers et le personnage de Kell sont dur à cerner. En tout cas j’ai eu un temps d’adaptation. Après je sais qu’il faut un moment pour mettre en place un décor si complexe. Mais une fois que l’intrigue était là, j’ai beaucoup aimé. Ce n’est tout de même pas un coup de coeur mais j’ai passé un très bon moment et j’ai très envie de continuer la trilogie. Mention spéciale d’ailleurs pour se livre et se design si génial. C’est une oeuvre d’art à lui tout seul.

Parution : 8 juin 2017
Editions : Lumen
Nombre de pages : 505 pages
Prix : 15 €

Avez vous été transporté par les quatre Londres ?
La bise !

Harry Potter and the philosopher’s stone – J.K. Rowling

~ Résumé ~

Harry Potter has never even heard of Hogwarts when the letters start dropping on the doormat at number four, Privet Drive. Addressed in green ink on yellowish parchment with a purple seal, they are swiftly confiscated by his grisly aunt and uncle. Then, on Harry’s eleventh birthday, a great beetle-eyed giant of a man called Rubeus Hagrid bursts in with some astonishing news: Harry Potter is a wizard, and he has a place at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry. An incredible adventure is about to begin! 

~ Mon avis ~

Non non vous ne rêvez pas. Je vous fait bien la revue du premier tome d’Harry Potter. Alors non je ne vais pas vous faire la même chose que pour mes autres revues. Mais surtout vous donner ma première expérience VO et ce que j’en ai pensé vis à vis des films que j’ai vu plusieurs dizaines de fois.
Tout d’abord où je l’ai acheté ? J’ai commandé les quatre premiers tomes de la saga en hardback sur Bookdepository. C’est un site où j’avais flâner plusieurs fois sans jamais commander. Et je me suis lancée. La commande a mis a peu près 2 semaines pour arriver. Ce qui est correct pour de la livraison anglaise. Donc ne vous attendez pas à le lire dans la semaine suivant votre commande. 
Lors de la réception, quel bonheur. Les livres sont bien emballés et ils sont d’une beauté. Franchement, je n’ai aucun regret de les avoir pris en harback. Ils sont encore plus beaucoup qu’en paperback et pour pas beaucoup plus cher je trouve. Et en continuant de feuilleter le livre, je suis passée de surprise en surprise et de beauté en beauté. Ça donne vraiment envie de se mettre en VO. Si les français pouvaient faire des hardback comme ça, je serais la plus heureuse.

Et là vient la lecture. J’ai un niveau correct en anglais. J’arrive à comprendre ce qu’on me dit mais je crois manquer un peu de vocabulaire. Mon objectif est donc de lire de plus en plus en anglais. Lorsque j’ai vu la taille du premier tome je me suis dit « Oh ça va en à peine une semaine je l’aurais finit ». Et ba pas du tout. Le premier chapitre m’a pris 45 min à lire. Autant vous dire que j’ai dû me barricader dans ma chambre pour comprendre ce qu’on me racontait. Je lisais ce tome en lecture commune avec Joana du compte instagram jojobookaddict. Elle faisait cette lecture pour la deuxième fois et me disait qu’elle aussi avait mis du temps pour ses premières lectures VO. Déjà que j’ai un rythme de lecture assez lent, autant vous dire que ça n’a pas aidé. Mais je pense que ça se travaille en continuant à lire.

J’ai beaucoup aimé ce roman, comme j’avais aimé le film. De connaître l’histoire en avance aide un peu beaucoup. On comprend plus facilement les actions et on s’attend à ce qu’il va se passer. Mais j’ai aimé trouver des informations qui avaient été éteintes dans les films. Je l’ai trouvé beaucoup plus complet et on comprend mieux certains faits. J’ai eu énormément de mal à comprendre Hagrid puisque ce ne sont que des abréviations ou contractions. Néanmoins, on ressent bien son caractère comme ça. L’autrice a écrit comme il parle réellement. 
C’était une très belle expérience de lecture que je continuerais avec plaisir. Alors oui je mets beaucoup de temps à lire mais je préfère ne pas me presser. Je vais essayer d’en lire un tous les deux mois. Histoire de ne pas trop ralentir mon rythme de lecture non plus.

Parution : 1 Septembre 2014
Editions : Bloomsbury
Nombre de pages : 352
Prix : 13 €

Avez vous lu ce premier tome en anglais ?
La bise !