La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël Dicker

~ Résumé ~

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

~ Mon avis ~

Alors je ne sais pas vraiment par où commencer pour parler de ce chez d’oeuvre. Il y a longtemps que j’entendais parler de ce roman mais il me faisait très peur par sa taille. 850 pages il faut les lire tout de même. Mais il est resté dans un coin de ma tête comme future potentielle lecture. Et deux éléments ont été déclencheur. Tout d’abord, la sortie de la série ce soir. J’avais trop envie de lire le roman avant de la voir puisque je savais qu’après ce serait trop tard. Autant j’aime regarder un livre que j’ai lu, mais l’inverse : no way ! De plus, la youtubeuse Madison Ramaget a lancé un book club sur Goodreads. Avec une sélection de deux livres par mois. Ce mois de novembre, nous avions donc la Fille du train que j’ai déjà lu ici et ce roman. Je me suis donc lancée.
On retrouve donc Marcus Goldman, un jeune écrivain en panne de lecture. Il va demander de l’aide et refuge chez son vieil ami et ancien professeur qui est également le célèbre écrivain Harry Quebert. Le jeune homme a une pression de dingue puisque son éditeur lui a seulement donné 6 mois pour écrire un chef d’oeuvre. Lors de son séjour chez l’écrivain à Groose Cove, il trouve une boite mystérieuse d’un amour lointain disparu. Peu de semaines après, le corps d’une jeune femme de 15 ans est retrouvée 33 ans après sa disparition dans le jardin d’Harry Quebert. L’écrivain avoue alors qu’il aimait cette jeune femme et que son plus gros roman parle de son amour pour elle. Il est forcément accusé du meurtre mais clame son innocence. Marcus va donc aidé son ami à prouver son innocence tout en écrivant un grand livre sur cette affaire.
Marcus est un jeune homme qui n’a jamais assumé pleinement qui il est. Son surnom et sa notoriété de Formidable est une grande supercherie qui va rapidement le rattraper lors de ses études secondaires et de sa rencontre avec Harry Quebert. Il obtient néanmoins un énorme succès avec son tout premier livre qui le propulse en haut de la société mais lui donne également la grosse tête. Il se retrouve donc tout bête face à une page blanche pendant 2 ans sans se rendre véritable compte de la gravité de sa situation. Et on sent énormément ces points là. Même s’il donne envie de se battre pour ce qu’il veut, il a tendance à un peu trop se relâcher et ne pas mesurer toutes les conséquences de ses actes. Tout au long de l’enquête c’est d’ailleurs ce coté casse cou et tête brûlée qui va l’aider à trouver la vérité. Cela ne lui vaudra pas que des amis mais il s’en moque bien s’il ne doit préserver qu’Harry.

On a ensuite Harry Quebert que j’ai parfaitement imaginé grâce au docteur Mamour. Il s’agit d’un écrivain à la retraite vivant dans une petite ville et qui n’a véritablement connu qu’un seul énorme succès « Les Origines du Mal ». Et quel succès ! Seulement toute sa vie s’écroule lors de la découverte du corps. Et il passe de tout en haut, respecté et aimé à très bas hué et méprisé. La descente aux enfers est très dure et on la vit à longueur de pages. Sa vie a complètement changée depuis qu’il a rencontré son grand amour Nola mais a aussitôt sombrée lors de sa disparition. Les émotions font de véritables montagnes russes et on en subit les frais. A la différence de Marcus, on ne sait pas énormément de choses sur Harry bien qu’il soit le personnage central. Tout ce qu’on apprend ce sont des flashbacks racontés. Il nous manque donc beaucoup d’émotions et cela entretien un côté très mystérieux chez lui. On a beaucoup de mal é savoir ce qu’il pense réellement de tout ça et s’il dit la vérité. 
Joël Dicker est une grande révélation pour moi. Son écriture est magique. On ne voit pas passer les 850 pages tellement il y a de rebondissements et d’actions. Dans ce roman, il joue avec le temps : on passe de l’enquête de Marcus à l’histoire d’Harry et de Nola en passant par les moments après la disparitions, les études de Marcus avec Harry et en donnant des passages des Origines du mal. Cela donne un rythme incroyable. De plus, chaque début de chapitre est un conseil donné à Marcus par Harry. Ce qui est drôle, c’est que les chapitres sont descendants. J’ai adoré l’originalité. 
De plus, derrière cette enquête, il y a pleins de messages sur l’amour entre autre. On en vient donc avec la relation d’un jeune homme de 34 ans avec une adolescente de 15 ans. L’âge a-t-il des limites ? Ne peut on pas s’aimer malgré une grande différence d’âge ? C’est vrai que ce sujet est très sensible mais parfaitement amené et utilisé par l’auteur. Certains actes et paroles pourraient nous faire oublier à chaque instant cette différence mais Dicker va nous remettre les pieds sur terre très souvent. On sent l’évolution de l’amour et de la passion malgré qu’ils luttent contre. Mais rien à faire, ils vont devoir se cacher pour vivre pleinement leur amour. Mais sont-ils assez prudent ?
Dans cette petite ville, beaucoup de secrets et de non-dits. Au fur et à mesure, on apprend des choses qui nous met en doute et nous donne des certitudes, complètement démolies les pages suivantes. Pendant l’intégralité des chapitres, on est baladé de gauche à droite et on finit par douter de tout le monde et même de la véritable mort de la jeune fille. C’est assez incroyable comme sensation. Les derniers chapitres sont bouleversants et à la hauteur de tout le reste du livre.
J’ai fait une vraie découverte avec Dicker, ce qui m’a donné envie de découvrir ses autres bijoux. Je n’ai pas trichée et j’ai bien lu ce roman et je n’ai pas été déçue une seule seconde. J’ai hâte d’être à ce soir pour voir si la série est à la hauteur de chef d’oeuvre parce que oui c’en est bien un pour moi. Et je pense que la longueur de l’article en atteste.

Parution : 19 septembre 2012
Editions : Editions de Fallois
Nombre de pages : 857
Prix : 9 €

Connaissez vous la vérité sur l’affaire Harry Quebert ?
La bise !

La tête sous l’eau – Olivier Adam

~ Résumé ~

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier :  » On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. « Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

~ Mon avis ~

On change totalement de registre avec un livre qui me faisait très envie depuis sa sortie. Je l’ai vu passer sur tous les comptes Instagram que je suis. Et puis j’ai aussi craqué pour la couverture sublime ma chérie. Et puis c’est un roman très court qui me faisait faire une belle transition entre ma fantasy et mon retour à la romance/feel good. C’est d’ailleurs un peu difficile de donner un genre à ce livre c’est un mélange de jeunesse, enquête policière, reconstruction personnelle. Il est assez unique. 
Nous retrouvons donc une famille ayant déménagé de Paris vers la Bretagne. Cette famille est composée de deux adolescents : Léa et Antoine. La jeune fille vit très mal son déménagement et va faire vivre l’enfer à ses parents. Jusqu’au jour où elle disparaît. On se retrouve quelques temps après lorsque Léa est retrouvée. Nous suivons tout le long le point de vue d’Antoine et donc tout ce qu’il se passe dans sa tête.

J’ai bien aimé ce roman qui parle de points sensibles de la société : homosexualité, adultère, divorce, kidnapping. Je pensais que l’histoire se baserait beaucoup plus sur le coté enquête policière mais pas du tout. Elle traite surtout de la reconstruction d’une personne après un kidnapping. Et j’ai été touchée. 
Le roman est découpé en deux parties qui s’alternent pas mal. D’un côté nous avons le quotidien d’Antoine après les retrouvailles avec sa soeur. Et de l’autre nous avons les lettres envoyées par Léa avant son kidnapping (et ensuite à la fin). On arrive donc plus ou moins à comprendre l’état d’esprit de la jeune fille mais également celui du garçon. De plus l’auteur arrive parfaitement à adapter son écriture en fonction du narrateur. Je trouve ça parfait.

Je regrette tout de même une chose, le prénom du garçon est mentionnée une ou deux fois. Je vous avoue même que je n’avais même pas vu la mention de ce prénom. Je trouve qu’il est donc assez difficile de s’identifier au personnage. L’auteur met une distance en agissant comme ça. Je pense que j’aurais plus aimé si j’avais réussi à m’identifier. Je trouve également que la fin est trop rapide. En même temps mettre si peu de pages pour un sujet si sensible, je trouve ça dommage.
C’est une histoire qui donne une complètement une claque. On sent beaucoup de tristesse, de désespoir. En lisant des romans comme celui là, nous n’avons qu’une envie : profiter au maximum de la vie.

Parutions : 23 Août 2018
Editions : Collection R
Nombre de pages : 224
Prix : 16 €

Avez vous lu La tête sous l’eau ?
La bise !

Lupus – Rod Merrina

~ Résumé ~

Cher lecteur, je m’apprête à te raconter un fragment de vie d’une des personnes les plus influentes que ce monde ait connu. Mais toi, commun mortel, tu ne la connais sûrement pas.
Ne te méprends pas, il ne s’agit pas de quelqu’un que tu apprécieras. Il est même très probable que tu le qualifies d’antipathique. En ai-je trop dit ? Je ne voudrais pas altérer ton jugement, rien ne m’intéresse plus que ton jugement.
J’espère que tu n’es pas offusqué par mon tutoiement. Je vais te plonger dans l’intimité de quelqu’un, dans ses peurs, ses faiblesses, ses secrets. Ce quelqu’un, je l’ai créé. Autrement dit, je t’ouvre un tunnel direct vers mon moi le plus profond. Nous avons donc déjà entamé une forme de partage. J’estime donc que te tutoyer n’est pas si cavalier.
Je te prie de m’excuser, je m’égare dans des considérations triviales. Tu n’es pas là pour ça. Revenons plutôt à cette personne. Tu sais, il est des métiers dont on ne pourrait soupçonner l’existence, de par leur … invraisemblance. L’homme dont je te parle exerce une de ces professions. Nul n’est plus compétent en son domaine. Toutes les institutions légales et illégales le savent pertinemment. Tous ont besoin de lui.
Imagine l’existence d’un individu aussi intouchable qu’omniscient. Ressens son pouvoir. Laisse-moi te le présenter. Dans la « matrice » de ce monde, on le nomme Lupus.

~ Mon avis ~

J’ai eu le plaisir de découvrir ce roman grâce à l’auteur qui m’a contacté sur Instagram. Je le remercie encore mille fois pour la proposition qui m’a fait très plaisir. Quand il a commencé à me parler de son livre, je me suis dit « oulaaaaa ce n’est vraiment pas pour moi ». L’esprit était très dark et assez hard core pour moi. J’ai tout de même accepté afin de sortir de ma zone de confort. C’est vrai, il faut savoir se bouger les fesses par moment sinon ce serait trop simple. Et en plus, je n’avais pas lu de chronique dessus. J’étais vraiment curieuse. Mais l’appréhension subsistait et c’est pour ça que j’ai mis un certain moment pour le commencer. Je m’y suis d’ailleurs reprise plusieurs fois. 

On commence le roman avec plusieurs témoignages nous décrivant Lupus, une personne qui fait justice lui même et qui a les pleins pouvoir. S’il décide que telle loi ne sera pas appliquée, autant vous dire que vous ne la verrez jamais. Il est craint de tout le monde mais bosse également avec tout le monde. Il fait un peu justice tout seul mais à la limite entre le bon et le mauvais coté. On sent qu’il a l’ambition d’améliorer les choses et le monde mais la manière est assez étrange. Cela m’a beaucoup fait penser au film Que justice soit faite. Un côté dark en plus.
Pendant tout le récit, il invoque des sujets loin d’être futiles puisque c’est principalement géopolitique. D’ailleurs je vous avoue que j’ai plusieurs fois décrocher tant les sujets étaient poussés. J’ai beaucoup aimé néanmoins cet aspect. On sent que l’auteur a fait pas mal de recherches. Il ne s’est pas contenté du minimum. On peut vraiment dire que l’écriture n’est pas commune non plus. En effet, on a l’impression que c’est écrit comme parlé. Le langage est assez déroutant au début mais on s’y fait. Cela ramène plus facilement à la réalité. On peut facilement se faire une idée des scènes et des actions. 
Le roman est découpé en deux parties. Dans la première on découvre son activité. On apprend qu’il torture plus qu’il ne tue réellement. Il exerce un réel travail psychologique sur ses victimes. On comprend vite qu’il vaut mieux être son ami que son ennemi…quoique. On apprend un peu comment il est devenu comme ça et qu’il est fier de son 0 échec. Jusqu’au jour où il perd et là tout se chamboule. On passe donc à la deuxième partie. Il s’est retiré depuis un an et son plus proche collaborateur le recherche afin de remettre de l’ordre dans ce monde. Lupus a apporté un message précieux avant sa disparition qui va être le fruit d’une intrigue assez poussée. On a hâte de savoir le dénouement que personne ne pourrait soupçonner. 
C’est un bon roman qui sort de tous les codes qu’on peut voir ailleurs. Il est très sombre et pas facile. J’ai été très contente de découvrir car je n’y serais pas allé de moi même. Ce n’est pas un style que je lirais tous les jours mais de temps en temps j’aime bien. 

Parution : 18 Septembre 2016
Editions : Auto édité
Nombre de pages : 300
Prix : 15 €

Avez vous lu Lupus ?
La bise !

7 Lettres – Olivia Harvard

~ Résumé ~

«  Si tu trouves cette lettre, c’est que j’ai accompli mon travail avec succès : Colton Crest n’est plus qu’un souvenir, un corps sans vie, une coquille vide.Tu aurais pu le sauver. Mais tu ne l’as pas fait.J’ai écrit six autres lettres et les ai cachées dans six endroits différents. Chaque lettre contient une confession. À la fin de la dernière, tu sauras qui je suis.Prends ton temps. Moi j’ai tout le mien. » Après avoir disparu pendant plus d’un mois et être revenu sans aucune explication, Colton Crest a été assassiné. C’est son meilleur ami, Eliott, qui retrouve son corps. Ainsi qu’une lettre, nichée dans sa veste. Signée de la main de l’assassin, elle propose un jeu de piste qui le mènera à six autres lettres. Chacune d’elles le rapprochant un peu plus de la vérité, de l’identité du tueur…

~ Mon avis ~

Nous enchaînons aujourd’hui avec une nouvelle lecture de mes vacances. Je m’étais procuré 7 Lettres par le biais du site Netgalley.  J’en entendais énormément parler depuis sa sortie et j’avais hâte de voir ce qu’il avait dans le ventre. J’ai vu beaucoup de personnes bouleversées par cette histoire. Et je n’ai pas totalement compris. 
On retrouve donc Eliott qui découvre le corps sans vie de son meilleur ami Colton Crest. Ce dernier avait récemment disparu pendant plusieurs semaines et était réapparu sans explication. Lors de son discours à l’enterrement de son meilleur ami, Eliott découvre une lettre écrite de la main du meurtrier. Il promet de tout lui révéler dans les 7 lettres qu’il a écrite. C’est donc dans un jeu de piste qu’on se retrouve.
J’ai beaucoup aimé les personnages de Eliott et Lydia même si leur relation m’a parut un peu étrange. Sachant que Lydia n’est autre que la petite amie du défunt. Ils ont un coté assez attachant et têtes à claques en même temps. Je vous avoue que par moment je ne savais pas trop quoi en penser. La relation familiale d’Eliott donne envie du côté de son père et sa soeur. On voit qu’ils sont soudés et près à tout les uns pour les autres. Par contre sa relation avec sa mère m’a fait un peu bizarre. Il est très froid avec cette mère qui l’a abandonné et a refait sa vie. Celle ci est tout de même prête à tout pour se faire pardonner et renouer des affinités avec son fils.
Pour ce qui est de l’histoire, j’adore ce jeu de pistes pour trouver toutes les lettres. C’est à chaque fois une énigme qu’on se pose. Je pense que ça permet de mieux se focaliser sur tout le récit. On essaye de louper le moins de détails possible. Bon ok ce n’est pas facile surtout quand on est au bord de la piscine avec du monde autour. Mais j’adore ce principe un peu en mode chasse au trésor. Même si la fin était à moitié prévisible selon moi, j’ai tout de même été surprise par quelques informations.

Le seul hic pour moi c’était de me positionner dans le temps. En effet, les élèves ont leur résultats de diplôme de fin d’année scolaire et quelques jours après ils fêtent Noël. Alors ça m’a perturbé pendant toute la durée du livre. Je vous jure il m’en faut peu mais je me disais que ça n’avait rien de cohérent. Pourtant j’en ai lu des livres américains. Et pour moi, le système est le même que chez nous. Ils finissent leur « bac » en juin ou juillet pas en décembre.

Parution : 16 Mai 2018
Editions : Hachette Jeunesse
Nombre de pages : 400
Prix : 18 €

Avez vous lu cette histoire ?
La bise !

La manuscrit inachevé – Franck Thilliez

~ Résumé ~

Un manuscrit sans fin, une enquête sans corps, une défunte sans visage…Aux alentours de Grenoble, un jeune a fini sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans son coffre, le corps d’une femme, les orbites vides, les mains coupées et rassemblées dans un sac. À la station-service où a été vue la voiture pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme qui conduisait n’était pas le propriétaire du véhicule et encore moins le coupable.Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. En pleine promo pour son nouveau roman dans un café parisien, elle résiste à la pression d’un journaliste : elle ne donnera pas à ce vautour ce qu’il attend, à savoir un papier sur un auteur à succès subissant dans sa vie l’horreur racontée dans ses livres. Car sa vie, c’est un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale où est resté son mari depuis la disparition de leur fille. Mais un appel lui annonçant son hospitalisation à la suite d’une agression va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées. Il a perdu la mémoire. Elle est seule.Dans le vent, le sable et le brouillard, une question se posera : faut-il faire de cette vie-là un manuscrit inachevé, et en commencer un autre ?

~ Mon avis ~

Vous commencez à le savoir : Franck Thilliez et moi c’est une grande histoire d’amour. Toutes les lectures que j’ai faite ce sont terminés en véritable coup de cœur. Je me suis donc acheté son dernier il y a plusieurs mois (Normal quoi !). J’ai également eu la chance de pouvoir le faire dédicacer lors du Saint Maur en Poche. Je vous assure que je tremblais à l’idée de le rencontrer et même encore plusieurs heures. J’ai d’ailleurs été surprise de sa timidité. Je pense que si on ne lui dit rien, il vous parlera peu. Je ne m’imaginais pas ce caractère quand on lit ses chefs d’œuvres.
Mais revenons en au sujet du livre. Je peux vous dire qu’il faut un peu s’accrocher en commençant. Non pas parce que c’est inintéressant mais puisque c’est assez compliqué. C’est le livre dans le livre dans le livre. Un peu inception quoi. Mais une fois que tout est en place on peut commencer. Il s’agit donc de deux histoires parallèles qui vont se recouper (forcément). D’un côté nous rencontrons deux enquêteurs qui retrouvent un corps complètement mutilés dans le coffre d’un délit de fuite routier. Vous pensez avoir le meurtrier ? Que nenni, les deux flics découvrent que la voiture vient juste d’être volée.

De l’autre côté, nous avons une romancière de thriller quatre ans après l’enlèvement de sa fille. Son mari essaye de la joindre au sujet de l’enquête et se retrouve mystérieusement agressé. Mais ce n’est pas tout puisqu’il perd la mémoire. Sinon ce ne serait pas drôle. Celle ci va essayer de découvrir ce que son mari avait trouvé.
Je suis un peu dégoûtée de ne pas retrouver le couple mythique de l’auteur mais je dois avouer que c’est bon de changer également. Les deux policiers sont quand même moins attachants mais ont leur particularité qui mérite d’être connu. Ils ont tous les deux leur vie et leur façon d’enquêter ce qui fait un duo très efficace. 
J’ai beaucoup aimé le personnage de Léane qui est en quête de vérité. Elle n’a pas froid aux yeux et est prête à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte. J’aime bien quand ce genre de personnage fait son enquête de son côté. Faire justice soit même est un concept que j’adore dans les thrillers. Elle est forte et pleine de bonnes déductions. Je la trouve très courageuse. Surtout qu’elle va découvrir bon nombre de choses sur son propre passé. Je pense qu’à chaque page tournée, il se passe une nouvelle chose qui bouleverse tout. 
Grosse mention spéciale pour le dénouement de l’histoire qui m’a littéralement mis en PLS pendant tout le reste des vacances. Je vous assure que tout mon entourage a compris que je n’étais pas bien. Mais je ne vous en dirais pas plus.
Encore un coup de cœur même si le début m’a fait un peu peur. On retrouve le côté morbide avec des histoires qui ne sont que propre à lui même. 
Parution : 03 Mai 2018
Editions : Fleuve noir
Nombre de pages : 528
Prix : 22 €

Avez vous lu Manuscrit inachevé ?
La bise !

La fille du train – Paula Hawkins

~ Résumé ~

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d’en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d’un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu…

 ~ Mon avis ~

On peut dire que c’était LE livre à lire en 2017. Je ne pouvais donc pas passer à coté. Je l’ai lu il y a un an donc mes souvenirs ne sont pas totalement frais mais je vais vous donner un des meilleurs avis. 
Je peux vous avouer que c’est le premier livre du genre que j’ai lu. Nous avons deux histoires parallèles. Déjà, nous avons Rachel qui prend le train tous les jours pour se rendre au travail et qui observe un couple et s’imagine leur vie parfaite. On apprend la vie qu’elle vivait avec son mari quand tout était parfait et maintenant en collocation et alcoolique. Un jour elle découvre un nouvel homme avec la jeune femme et tout s’écroule. Elle commence à regarder de plus près la vie du couple jusqu’à ce que la jeune femme disparaisse. Elle va alors mener son enquête. Seulement son ex mari et sa nouvelle femme ne sont autre que leur voisin et vont penser à du harcèlement. Ils vont juste lui rendre la vie impossible.
De l’autre coté, on découvre le couple quelques semaines avant la disparition de la jeune femme. J’ai adoré voir que malgré ce que les gens peuvent montrer, tout le monde à des problèmes.

Pour ce qui est de l’intrigue. Alors oui elle est bien présente. On ne devine à aucun moment le dénouement de l’affaire. Et ça nous rend un peu sur les nerfs je peux avouer. Par contre, j’ai trouvé ça assez lent. Vous savez, j’aime les thrillers de Franck Thilliez car ça bouge à fond mais là c’est tout le contraire. Le récit est assez confus et flou puisque Rachel boit beaucoup. Du coup, on ne sait pas vraiment ce qui est vrai ou faux et on ne passe que par les souvenirs qu’elle a. Je sais que c’est ce qu’à voulu l’auteur et qui met cet aspect mystérieux et pesant. Mais ce n’est pas un aspect que j’ai aimé.
J’ai beaucoup aimé tous les sujets assez grave qui ont été décrits : l’alcoolisme et la dépression. J’adore quand l’auteur nous fait des messages de ce genre.
Publication : 08 Septembre 2016
Editions : Pocket
Nombre de pages : 456
Prix : 8 €

Avez vous lu ce thriller ?
La bise !